Skip to main content


Parfois, les plus mineures des molécules sont celles qui ont le plus grand impact. C’est le cas du CBG – le « premier » cannabinoïde qui se développe dans le cannabis. Ce cannabinoïde qui pourrait sembler insignifiant est en réalité responsable de la création du CBD, du THC et d’autres cannabinoïdes qui attirent l’attention des scientifiques et des consommateurs dans le monde entier.
Généralement présent à des concentrations plus faibles que 1 % dans la plupart des variétés de chanvre, rien d’étonnant si ce composé n’a jusqu’ici pas autant suscité l’intérêt que d’autres. Cependant, c’est en train de changer, comme plus d’informations sont dévoilées sur ce cannabinoïde autrefois négligé.
Nous allons ici regarder de plus près le CBG et le rôle qu’il joue dans la production des autres cannabinoïdes. Nous explorerons aussi son effet unique sur le corps et comment il diffère des autres cannabinoïdes issus du chanvre.


Le CBG c’est quoi ?
Le CBG, ou cannabigérol, est un phytocannabinoïde. Au contraire des endocannabinoïdes, qui sont produits par le corps, les phytocannabinoïdes sont issus de plantes, comme le cannabis.
Le CBG est connu comme un cannabinoïde non-enivrant, en effet il est, contrairement à d’autres principes actifs, psycho-inactif. Quand le cannabis a été récolté, séché et transformé, il ne contient généralement que des quantités infimes de CBG (sous les 1%). Il est donc considéré comme un cannabinoïde « mineur ».
Cependant, le CBG – ou plutôt sa forme acide, le CBGA – est en réalité le premier acide cannabinoïde à se développer dans le plant de cannabis. Voilà pourquoi il est parfois appelé la « cellule souche » du cannabis. Il est présent à sa concentration la plus élevée dans les plants de cannabis en floraison. La forme acide est simplement le CBG avec un groupe carboxyle supplémentaire – le « A ».
Après la récolte, les plants sont généralement séchés et transformés. La chaleur ou la lumière UV utilisée dans ces scénarios décomposent ces cannabinoïdes acides dans leurs versions non-acides, comme le THC, l’ huile de CBD et le CBC. Ce phénomène est connu sous le nom de décarboxylation.


La décarboxylation produit également de nombreux autres cannabinoïdes (au moins 100), qui viennent tous à l’origine du CBGA. La plupart des variétés de cannabis sur le marché de nos jours sont sélectionnées pour être riches en THC et/ou CBD. Plus un plant contient de THC ou de CBD, moins il contient de CBG. Les variétés contiennent donc généralement de très faibles quantités de CBG.
Cependant, certains sélectionneurs font des expérimentations en croisements, manipulations génétiques et même schémas de récolte uniques afin de créer des variétés contenant des niveaux plus élevés de ce cannabinoïde.
Bedrocan BV Medical Cannabis aux Pays-Bas, par exemple, a commencé à récolter certains de ces plants plus tôt, pour créer un produit fini avec de plus hauts niveaux de CBG.

Quel sont les effets du CBG ?
Comme nous l’avons mentionné plus haut, le CBG est un cannabinoïde psycho-inactif.
Il n’interagit donc pas avec le système endocannabinoïde d’une manière perturbant les facultés mentales. Cependant, comme tout autre cannabinoïde, le CBG interagit bien avec le système endocannabinoïde de différentes manières.


Il a été montré que le CBG augmentait l’appétit dans deux études basées sur des rats menées par des chercheurs de Reading (Royaume-Uni) entre 2016 et 2017. Certaines études suggèrent également que le CBG peut empêcher la croissance de certaines tumeurs, alors que d’autres montrent qu’il peut avoir des effets neuro protecteurs. Une étude de 2014 publiée dans la revue médicale PLoS One affirme également que certains produits dérivés du CBG pourraient supprimer la réponse immunitaire de l’organisme. Le docteur Bonni Goldstein, médecin spécialisé dans le cannabis médicinal, affirme que le CBG peut inhiber la neurotransmission GABA dans le cerveau, tout en affectant la douleur, l’inflammation et bien plus.


«Quand la recapture de GABA est inhibée, il y a en réalité une relaxation musculaire et des effets anti-anxiété, donc le CBG semble promouvoir des effets similaires à ceux du CBD. Il semble aussi avoir des propriétés antidépressives et modestement antifongiques », a déclaré le Dr Goldstein.
En 2013, des chercheurs de la Faculté de Pharmacie de l’Université de Naples Federico II (Italie) ont testé les effets du CBG sur un modèle expérimental de maladie inflammatoire de l’intestin (MII). Les chercheurs ont découvert que le CBG a des propriétés anti-inflammatoires et anti-oxydantes.
Malheureusement, comme le CBG a été relégué au second plan derrière les cannabinoïdes THC et CBD, peu de recherches ont été menées pour comprendre totalement ce cannabinoïde et ses effets. Cependant, c’est lentement en train de changer, car on commence à réaliser le potentiel et l’importance de ce composé.
Quelle est la différence entre CBD et CBG ?
Bien qu’issu du CBGA, le CBD est totalement différent du CBG, à la fois par sa structure chimique et sa concentration dans les plants de cannabis.


Comme il n’est présent qu’en quantités infimes dans les matières végétales sèches, ce n’est que récemment que les fabricants ont commencé à porter plus d’attention à l’optimisation des niveaux de CBG dans des produits comme les huiles, compléments et baumes au CBD. Il est clair que le CBG est un cannabinoïde essentiel, mais on ignore pour l’instant comment l’utiliser au mieux.

Leave a Reply