Skip to main content

Le cannabidiol est régulièrement mis en avant pour ses nombreuses vertus : il contribuerait à soulager les douleurs chroniques, à atténuer l’anxiété, à diminuer les risques épileptiques, et même à cesser de fumer. Cela, en jouant le rôle de régulateur auprès des récepteurs du système cannabinoïde endogène (CB1 et CB2), eux-mêmes agissant sur le système nerveux et immunitaire. Ceci est surtout valable pour la consommation de cannabidiol sous forme d’huile. L’huile de CBD est facile à administrer (par voie orale ou sublinguale) et produit des effets rapides. Bien sûr, son efficacité dépend aussi de la qualité du produit, donc de la provenance du plant de chanvre.
Raison pour laquelle il est essentiel de bien choisir son huile de CBD et de s’adresser à des professionnels comme La Galerie du Chanvre.

  • Comment ça fonctionne ? Le CBD votre allié pour un meilleur sommeil ?

Pour comprendre l’effet du CBD sur le sommeil, il faut en revenir à la manière dont le cannabidiol agit sur l’organisme : en se fixant sur les récepteurs CB1 et CB2 et en modifiant le message envoyé par ceux-ci au cerveau. Les récepteurs CB1 étant connectés au système nerveux, le cannabidiol atténue l’intensité de l’activité neuronale de manière à réduire les facteurs d’augmentation de cette activité : anxiété et stress, mais aussi inflammations et douleurs. Ce faisant, le CBD agit indirectement sur la modulation circadienne (homéostasie) du sommeil, avant tout en aidant l’organisme à se détendre.

C’est le principal vecteur allant du CBD au sommeil : en favorisant la relaxation et la décontraction musculaire, en réduisant le stress et les douleurs chroniques, le cannabidiol améliore la phase d’endormissement. En somme, en consommant de l’huile de CBD, on trouve plus rapidement le sommeil, ce qui contribue à une récupération optimale durant la nuit. 

Ainsi, une étude (Cannabidiol in Anxiety and Sleep : A Large Case Series, 2019) montre que le sommeil s’est amélioré pour 66,7 % des patients testés au cours du premier mois, tandis que l’anxiété baissait pour 79,2 % d’entre eux sur la même période de temps.

  • Le CBD : un potentiel régulateur pour votre sommeil ?

Ce n’est pas le seul lien entre CBD et sommeil. D’autres études suggèrent que la prise de cannabidiol avant le coucher aurait pour effet de réguler les phases du sommeil paradoxal et d’aider au passage vers le sommeil profond, plus réparateur. D’autres hypothèses avancent que le CBD permettrait d’allonger la durée du sommeil, ou encore qu’il réduirait les risques d’apnées à court terme (Cannabis, Cannibinoids, and Sleep : a Review of the Literature, 2017). 

Enfin, le CBD aurait pour effet de stimuler la vigilance durant la journée, notamment chez les personnes qui dorment mal, et de limiter les sensations de somnolence diurne. Ce qui, en retour, contribuerait à réguler le cycle circadien, la somnolence en journée ayant un effet négatif sur la qualité des nuits. Ce n’est pas pour autant un stimulant à proprement parler, à l’inverse de la caféine par exemple.

Reste que ces affinités entre CBD et sommeil ne remplacent pas une bonne hygiène de vie (alimentation saine, activité physique et bannissement des écrans avant le coucher). D’ailleurs, une étude (No Acute Effects of Cannabidiol on the Sleep-Wake Cycle of Healthy Subjects : A Randomized, Double-Blind, Placebo-Controlled, Crossover Study, 2018) a bien montré que le cannabidiol n’a pas d’effet notable sur les patients en bonne santé, qui ne souffrent d’aucun trouble du sommeil. De fait, le lien entre CBD et sommeil est plus fort en cas de trouble préexistant.

  • Le CBD marche-t-il mieux que les somnifères ? 

Même si les études cliniques sont encore rares et que les liens entre CBD et sommeil ne sont pas scientifiquement établis, le rôle du cannabidiol sur le stress et l’anxiété est indiscutable et permet, à lui seul, de favoriser de meilleures nuits. C’est d’autant plus intéressant que le CBD a un avantage par rapport aux somnifères : il ne provoque ni accoutumance, ni effet secondaire, ni effet psychotrope (contrairement au THC, il est psycho-inactif). 

Alors que les médicaments pour dormir s’avèrent fortement addictifs (l’accoutumance se crée en 4 semaines), 60 millions de consommateurs dénonce les risques liés à la prise de somnifères qui s’accompagnent d’une foultitude de conséquences sur l’organisme – maux de tête, nausées et vomissements, étourdissements, symptômes dépressifs, hallucinations… Problèmes que l’on retrouve, d’ailleurs, avec les antidépresseurs et les anxiolytiques, autant de palliatifs qui n’agissent pas sur la cause (l’origine des troubles du sommeil) et se contentent d’en atténuer les manifestations. Tandis que le CBD aide simplement à réguler le cycle circadien et le rythme de sommeil.

En attendant que d’autres études approfondissent les rapports entre CBD et sommeil, les consommateurs, eux, se laissent déjà convaincre. Et vous ?

Leave a Reply